17.4.13

puisque ta maison, aujourd'hui c'est l'horizon...






Puisque l'ombre gagne
Puisqu'il n'est pas de montagne
Au-delà des vents, plus haute que les marches de l'oubli
Puisqu'il faut apprendre
A défaut de le comprendre
A rêver nos désirs et vivre des ainsi-soit-il
Et puisque tu penses
Comme une intime évidence
Que parfois même tout donner n'est pas forcément suffire
Puisque c'est ailleurs
Qu'ira mieux battre ton coeur
Et puisque nous t'aimons trop pour te retenir
Puisque tu pars

Que les vents te mènent où d'autres âmes plus belles
Sauront t'aimer mieux que nous puisque
l'on ne peut t'aimer plus
Que la vie t'apprenne
Mais que tu restes la même
Si tu te trahissais, nous t'aurions tout à fait perdue
Garde cette chance

Que nous t'envions en silence
Cette force de penser que le plus beau
reste à venir
Et loin de nos villes
Comme octobre l'est d'avril
Sache qu'ici reste de toi
comme une empreinte
indélébile

Sans drame, sans larme
Pauvres et dérisoires armes
Parce qu'il est des douleurs,
qui ne pleurent qu'à l'intérieur
Puisque ta maison, aujourd'hui c'est l'horizon
Dans ton exil, essaie d'apprendre à revenir
Mais pas trop tard

Dans ton histoire, garde en mémoire
Notre au revoir, puisque tu pars


J'aurais pu donner tant d'amour et tant de force
Mais tout ce que je pouvais,
ça n'était pas encore assez
Pas assez, pas assez, pas assez...


4h00
je crois que son avion vient de se poser de l'autre côté de l'océan, 
au moment même ou le sommeil me quitte et ou cette douleur étreint de nouveau mon coeur
elle est partie
elle a emporté avec elle nos fous-rires, nos silences, nos regards qui en disent long
je ne peux que me réjouir de ce nouveau départ , cette page blanche qu'elle doit remplir,
cette attente enfin à son terme
ne pas penser à tout ce que nous ne ferons plus, à tous nos actes manqués, à ce que j'aurais 
du lui dire quand elle était dans mes bras
ma soeur, mon double et mon contraire, mon petit taureau fonceur, celle que je voudrais toujours protéger, 
je te souhaite une belle vie riche et pleine d'amour


4 commentaires:

Elsa a dit…

Quel supplice l'aéroport... Courage, si tu souffres trop concentre toi sur son bonheur nouveau...

little a dit…

merci Elsa... ♥
c'est ce que je fais oui... ^^

Poupou Pidou a dit…


Alors ça y est...
Elle l'a eu son billet simple la jolie Emilie...
Comme tes mots me touchent, comme je comprends...
Je pense fort à toi l'amie et j'ai hâte de te voir!
BisOuilleS*

Nazca a dit…

Comme je te comprend.....ma soeur vit à NYC est c'est une véritable déchirure de la voir partir....
blues assuré***
Plein d etendresse en rab*