13.8.12

insomnie



mon papy s'en est allé et ernest vient de naître...
ainsi va la vie, des aléas vertigineux, des montagnes russes à vous retourner le coeur en moins de 48 heures
allez savoir pourquoi, cette nuit le sommeil ne vient pas
je viens pourtant de finir la liste de mes envies, mangé trois tartelettes framboise, regardé intégralement la clôture des JO, noté sur un bout de papier tout ce qui encombre mon petit cerveau, à ne pas oublier, à faire urgeamment, à penser pour les jours prochains impérativement... etc...
mais rien n'y fait
01h46, me dit l'horloge...
oui je sais bien, mais a part me retourner compulsivement dans mon lit, avoir trop chaud, repousser la couette, prendre sa main pour me rassurer, respirer avec le ventre... que puis je bien faire pour trouver le sommeil?
je n'ai pas envie de penser
à ce jour ou tout le monde sera en noir, ou tout sera triste, ou il sera dans cette boite et ou plus jamais je ne pourrais l'embrasser. 
il ne me demandera plus comment va arthur, je ne le verrai plus penché dans son jardin, je ne cueillerai plus ses framboises et ses groseilles, il ne m'emmènera plus en balade en carriole derrière son vélo cabossé
plus personne ne verra son regard bleu, ne sentira sa barbe naissante sur sa joue, plus personne ne rapportera de cagettes de ses légumes fraîchement cueillis, ni d'oeufs tous chauds.
quand on s'en va, c'est fini, on emporte ça avec soi 
les matchs de foot dans le fauteuil à l'entendre bougonner, les soirs d'hiver à se rhabiller chaudement vers 20h pour nourrir les animaux, les fous-rire après l'apéro, quand tout est plus léger sur les rives jaunes du pastaga...
fini, nada
je n'ai pas envie de penser
à mon petit bébé que je vais quitter chaque jour pour de bon très bientôt,
à cette adaptation qui m'angoisse,
à ces nuits très difficiles des dernières semaines, aux cris, à ses humeurs grincheuses
à ses frustrations de bébé de 15 mois qui ne marche pas et qui voudrait pourtant courir tout son saoul
je n'ai pas envie de penser
à cette rentrée qui arrive et que j'appréhende difficile pour mon grand trésor,
pour tout ce travail à mettre en place, le découragement qui me guette déjà parfois l'espace d'une seconde,
pas envie de l'entendre dire 'chuis nul', 'j'y arriverai pas', 'j'ai un problème d'facon...'

je voudrai juste dormir... mais voilà, ça ne vient pas.



10 commentaires:

Bérengère Nina petits pois a dit…

Tendres pensées jolie Peggy.

Poupou PiDou a dit…

Tes mots me touchent, pénètrent mon coeur... Je suis avec tOi... Je te comprend, si tu savais... Mais tout ne disparait pas complètement... Tant que tu feras vivre ces souvenirs dans ton coeur, dans ta tete ou ici... Bien sur plus rien n'est pareil...
L'insOmnie c'est l'enfeR!! Ne pas dormir quand il n'y a que ça à faire, et inévitablement penser quand ns n'en avons pas envie... Etre seule dans le noir...
ça va aller ma Peggy... ça va aller... Love.

Charl☺tte a dit…

Des mots qui résonnent en moi, le mien je l'ai perdu quand j'avais 15 ans, j'ai le regret qu'il n'ait pas connu celui que j'allais rencontrer 2 ans plus tard et qui est toujours à mes côtés aujourd'hui, de ne pas lui avoir pu lui annoncer que j'avais mon bac, ma maîtrise, mon concours etc... Ces étapes de la vie je les passe sans lui, mais il est toujours au fond de mon coeur, dans des expressions qu'il me disait et que j'utilise à mon tour pour le faire apparaître dans mon quotidien.
Je t'envoie plein de pensées pour ces jours qui arrivent et les suivants.
J'espère que le sommeil, réparateur, va vite revenir.
Bises

Virginie Z' a dit…

Des mOments difficiles c'est sure ♥ Le temps, vOilà ce qu'il te faut... Il effacera ton chagrin petit à petit, te fera grandir, te donnera la fOrce de vivre sans lui sans pOur autant l'oublier... Puis un jOur tu te verras sourire en pensant à lui... Je t'embrasse fOrt ma jOlie ♥ Tu as mon mail si besOin...

Elsa a dit…

Le mien a laissé son prénom à mon petit bonhomme d'amour... Gros câlin

Jenn a dit…

On croit toujours que les autres peuvent partir mais pas eux, les grands parents ont ce petit quelque chose qui fait qu'on pense qu'ils sont éternels..
Je pense qu'ils le sont vraiment tellement je m'applique a faire revivre les miens dans chacun de mes souvenirs, dans chaque expression, dans chaque fou rire, dans chaque histoire...
Et puis je suis certaine qu'ils veillent sur nous..
Je pense à toi..

Mélie a dit…

Oh ma douce, je t'envoie des baisers et l'énergie des montagnes.
Je te pense et t'embrasse fort.

Nazca a dit…

...bon ton texte est si touchant...
mais je suis pas tout à fait d'accord...les souvenirs de cet homme sont en toi et c'est beau...le vide et c'est beau une naissance*
La vie est bien injuste mais belle...
Aujourd'hui le ciel est un peu sombre met demain encore et le prochain sera le bon...ou la nuit à été reposante et la suite sera souriante...a petit pas comme ton petit dernier...
Mille étoiles magiques*

Emilie a dit…

enfin, c'est fini, je n'en pouvais plus...
des bises

Madame Chacha a dit…

Je découvre ton billet avec un peu de retard, mais beaucoup d'émotion... Il va falloir apprendre à vivre sans ton grand-père, mais pas sans souvenirs...

Pour l'adaptation, 15 mois c'est déjà presque grand, j'espère que tu ne t'en fais pas trop et que tout se passera bien... peut être même trouvera t-il enfin son "envol" pour marcher ?

Bon courage, amie d'insomnie...

x M